La pédagogie

La pédagogie
Maria Montessori

Maria Montessori

Une vie au service de l’enfant

Enfants qui jouent

Maria Montessori est née en 1870 à Chiaravalle, en Italie.

Elle fut la première femme à être admise à la faculté de médecine et à devenir médecin en Italie, en 1896. Son premier travail consistait à visiter les asiles de Rome. Elle y rencontra des enfants parqués dans des pièces nues, sans objets à manipuler.
Elle travailla pendant dix ans en psychiatrie et crée en 1899 une école d’état d’orthophrénie pour les enfants romains.
Elle pensait déjà à une méthode universelle d’éducation pour les enfants débiles mentaux, mais aussi pour tous les enfants.

En 1907, Maria Montessori ouvrit sa première maison des enfants, « Casa dei bambini », dans un quartier populaire de Rome à San Lorenzo. Maria Montessori forma de nombreux enseignants à cette pédagogie.

Le mouvement de l’éducation nouvelle

Maria Montessori fut l’une des premières à travailler à la reconnaissance des droits de l’enfant en général et de son droit à l’éducation en particulier. Elle fut la figure de proue du mouvement de l’éducation nouvelle. La petite enfance était à ses yeux la phase critique dans l’évolution de l’individu, la période au cours de laquelle sont jetées les bases de tout développement ultérieur.
Il est peu d’exemples d’une telle entreprise visant à instaurer un ensemble de préceptes éducatifs de portée universelle.

Maria Montessori fut aussi exemplaire en ce qu’elle s’efforça toujours de conjuguer théorie et pratique. Ses maisons des enfants et ses matériels didactiques témoignèrent de cette exigence.
Maria Montessori s’inspira des travaux de deux médecins français, Itard et Seguin. Itard fut le premier éducateur à pratiquer l’observation de l’enfant. Ses travaux pédagogiques furent considérés comme les premiers essais de la pédagogie expérimentale. Seguin, quant à lui, fut l’élève d’Itard et travailla sur le développement et le matériel sensoriels.

Une reconnaissance internationale à succès

Le programme varié qu’elle lança resta sans égal. En quelques années des maisons des enfants virent le jour dans toute l’Italie, en Europe puis en Amérique.
D’anciens élèves sont connus pour leur succès comme Larry Page (fondateur de Google), Jimmy Wales (fondateur de Wikipédia), etc.
Aujourd’hui, un grand nombre d’écoles dites « classiques » s’inspirent de la pédagogie de Maria Montessori.

Développer la curiosité et l’envie d’apprendre

Donner le goût d’apprendre, le sens de l’effort, dans le respect du rythme de l’enfant et de son environnement est notre rôle, notre ambition.
Dans un cadre chaleureux, auprès d’une équipe attentionnée, l’enfant travaille dès son plus jeune âge pour acquérir les bases d’un enseignement adapté et ambitieux. Grâce à un matériel évolutif et une méthode spécifique, il développe ainsi sa concentration, sa motricité, sa dextérité et son autonomie avec une liberté fondée sur le respect des règles et des autres.
La pluralité et le choix constituent une grande richesse d’exploration qui permet de développer chez chacun la curiosité et l’envie d’apprendre. Aussi les activités, qu’elles soient proposées librement ou enseignées, sont axées sur l’apprentissage du savoir et des arts de façon ludique et structurée. Et tous les enfants sont doués pour cela ! Notre volonté est avant tout d’accompagner chaque enfant à se construire, s’épanouir et grandir en étant heureux d’apprendre.

La pédagogie Montessori

L’enfant est acteur de ses apprentissages. L’éducatrice accompagne l’enfant et lui donne les moyens d’exploiter au maximum son potentiel. Cela lui permet d’acquérir la confiance en soi et l’estime de soi. La méthode Montessori repose sur deux principes : « l’esprit absorbant » et « les périodes sensibles » de l’enfant.

L’esprit absorbant

L’éducation repose à la fois sur l’observation de l’enfant pour répondre plus justement à ses besoins mais aussi sur sa capacité naturelle à absorber et assimiler une quantité d’informations de son environnement.
Cet état mental qui permet à l’enfant de se construire au travers de ses expériences.
Selon Maria Montessori les enfants sont « des éponges », ils absorbent tout ce que leur environnement leur offre et se réalisent en interaction avec celui-ci. Cet état d’esprit est inconscient de la naissance à 3 ans puis devient progressivement conscient de 3 à 6 ans.
L’enfant va intégrer par mimétisme les coutumes, les habitudes du milieu dans lequel il grandit et va construire ainsi sa propre personnalité.
L’esprit absorbant est guidé par des instincts que Maria Montessori appelle « les périodes sensibles ».

Les périodes sensibles

L’enfant de 0 à 6 ans traverse ce que Maria Montessori appelle « les périodes sensibles » :
l’ordre, le mouvement, le langage, les sensations, les petits objets, la vie sociale. Ces périodes sensibles sont des prédispositions intérieures, des sensibilités particulières et passagères qui poussent l’enfant à se tourner vers un aspect de son environnement. Lorsque les compétences sont acquises, ces périodes sensibles cessent. L’enfant peut ainsi être très sensible à certaines activités et insensible à d’autres pendant une certaine période. Par exemple, si l’enfant traverse la période sensible du langage écrit, il sera attiré par toutes les activités qui concernent les lettres. Une fois la compétence acquise, il sera attiré par autre chose.

En savoir +

Découvrez l’organisation des journées types pour enfants de 2 à 3 ans, et de 3 à 6 ans

Nos adresses, informations sur nos écoles …

Nous contacter

Par téléphone : +33 (0)1 45 48 43 97

Par email : contact@at-montessori.com

En remplissant le formulaire ci-dessous